Edito

Appelés et envoyés

Des Cendres à la Pentecôte nous avons une centaine de jours pour nous préparer à évangéliser.

Dans son amour pour nous, le Seigneur a établi son Église pour porter la Bonne Nouvelle de la Vie à tous les hommes sans aucune exception. Cette mission est donnée non seulement à quelques uns qui seraient appelés à cela mais aussi à tout baptisé. Jésus a envoyé les 72 et pas seulement les 12 apôtres pour préparer le terrain là où il devait aller. Les 72 sont les disciples donc chaque baptisé et cette fonction d’annonce de la Bonne Nouvelle est le pourquoi de l’Eglise. Lorsqu’il quitte cette terre il donne mission à ses disciples « allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt. 28/19).

Les temps du Carême et de Pâques sont des temps pour nous préparer à répondre à cet ordre du Seigneur en devenant lumineux « vous êtes la lumière du monde » dit Jésus (Mt 5/14).

Ce temps se répartit en deux moments : le Carême où nous sommes invités à nous convertir c’est à dire à nous recentrer sur le Seigneur et le temps pascal où nous sommes enseignés et façonnés pour la mission.

Aux disciples réunis après Pâques Jésus explique tout ce qui le concernait dans les Écritures, de même pour nous. Le centre de notre message c’est ce que nous vivons pendant le triduum pascal. Jésus souffre la passion, meurt et le troisième jour ressuscite. Moment où le monde bascule car le mal est vaincu et les portes de la Vie éternelle nous sont ouvertes.

Dans le premier moment du carême nous sommes donc invités à la conversion : le 1er dimanche nous voyons Jésus conduit au désert par l’Esprit pour y être tenté par le diable. Il vient dans le lieu de notre combat pour lutter avec nous. Vainqueur nous invite à nous confier à lui pour qu’à sa ressemblance nous soyons transfigurés par la grâce (2e dimanche) et il nous redit la tendresse et la miséricorde de Dieu nous invitant à la pénitence, nous appelant à retourner vers le Père de miséricorde pour recevoir le pardon et retrouver notre état de fils (les 3-4-5 e dimanche). la conversion est ce retour un retour  au Père qui en fait est le retour vers le Père en nous détachant de ce qui nous éloigne de lui et en premier lieu Le péché comme le dit si bien la lettre aux hébreux : « ainsi donc, nous aussi, entourés de cette immense nuée de témoins, et débarrassés de tout ce qui nous alourdit – en particulier du péché qui nous entrave si bien » (Hb 12/1) « Ainsi donc, célébrons la fête, non pas avec du vieux levain de malice et  de méchanceté, mais avec des azymes de pureté et de vérité. » (I Cor 5/8).

Bon carême pour nous retrouver et faire de nous des créatures nouvelles.