Edito

Un signe pour aujourd’hui

Quel beau temps que le temps entre le dimanche des Rameaux qui ouvre la Sainte Semaine et le dimanche de la Miséricorde, le 2e dimanche après Pâques qui clôt l’octave de Pâques qui pour les pères de l’Église n’est qu’un seul jour. Quel beau temps car tout nous est dit. Un monde ancien s’en est allé un nouveau monde est déjà né. Jésus est au tombeau le dernier jour de l’ancien temps et ressuscite le 1er jour de la nouvelle semaine. Un cycle s’est terminé le samedi saint et un nouveau commence dans le nuit pascale, comme dans la genèse, « il y eut un soir, il y eut un matin ce fut le premier jour ». La croix en est la clef. Par sa mort et sa descente aux enfers le Christ ouvre les portes du Paradis jusqu’alors fermées et nous ouvre ainsi à une vie nouvelle. Le jardin où Marie Madeleine rencontre la première Jésus nous renvoie à un autre jardin celui de la Genèse fermé à cause de la désobéissance du 1er couple. Le tombeau est vide car l’homme n’est pas fait pour le tombeau mais pour la vie en plénitude dans ce jardin. Le lundi Saint de cette année Notre Dame de Paris, a brûlé et lorsque les flammes ont été maîtrisées Il restait au centre de la nef au milieu des décombres et des cendres, une grande croix dorée et sur le pilier à droite la vierge Marie au pied de laquelle Paul Claudel s’est converti. Combien symbolique est cette image. La croix et la Vierge debout au milieu des gravats calcinés. Image qui peut devenir un signe pour notre monde qui passe et pour notre Église. Elle est touchée par tous les problèmes qu’elle traverse. Signe d’espérance en la victoire du crucifié. Signe qui nous invite à mettre notre confiance dans la croix de celui qui est mort pour nous sauver de la mort et de tout ce qui est périssable. Car le Père voulait que les hommes se retrouvent comme le fils prodigue de la parabole (cf. Luc 15) qui retourne et Jésus par son obéissance nous a montré le chemin du retour vers le Père. Laissez vous conduire par Marie à son fils comme elle l’a fait pour Paul Claudel et tant d’autres. Elle vous conduira vers son fils. Il vous arrachera à la mort car Il est la vie, Il vous arrachera aux ténèbres car Il est la lumière. Il vous arrachera à la haine car Il est l’Amour. Il est notre espérance, Il est notre avenir, Il est notre Amour, cet Amour que nous fêtons lors de la fête de la Miséricorde. « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » « et vous êtes mes amis » dit Jésus (Jn 15/13/15). Il a donné sa vie puissions nous nous laisser toucher par son amour infini que tout ce qui est périssable soit consumé et remplacé par ce qui dure pour la vie éternelle.