Edito

Et nos morts ?

Bien souvent à la mort d’un proche nous nous posons la question de la mort et celle  de savoir ce qu’il devient puisqu’il nous a quitté. Bien souvent nous sommes comme les femmes qui vont au tombeau le matin de Pâques pour embaumer le corps de Jésus et qui se posent la question « Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau ? »  (Mc 16/3) mais la pierre la plus importante n’est pas celle qui ferme le sépulcre mais celle qui est dans un cœur. Jésus avait dit plusieurs fois qu’il devait souffrir, mourir et le 3ème jour ressusciter mais cela elles ne l’avaient pas intégré Elles sont comme les disciples à qui Jésus lorsqu’il apparaît leur dit :  » Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! »  (Lc 24/25). Bien souvent pour nous c’est la même chose. Jésus et les apôtres nous parlent de la mort, de ce qu’il y a ensuite et comment se préparer à faire le passage car un jour ou l’autre ce sera à notre tour mais nos oreilles et notre cœur sont fermés. Jésus nous dit « cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice et tout le reste vous sera donné en surcroît » (Mt 6/33). La plupart des hommes cherchent le reste et le royaume de Dieu est oublié. Paul écrit aux Philippiens « nous sommes citoyens des cieux » (Phi 3/20) et nous vivons comme si toute notre existence était terrestre. La question se pose « Comment chercher ce royaume de Dieu ?  » Jésus dans l’Évangile de St Matthieu nous le dit par trois paraboles qui sont le chemin du royaume (Mt.25) 1- la parabole des vierges, qui nous invite à la contemplation de Dieu pour remplir nos lampes d’huile afin d’accueillir le Seigneur lorsqu’il viendra, 2- la parabole des talents qui nous invite à nous développer et gérer notre planète selon le projet de Dieu, 3- le jugement dernier qui nous invite à nous situer en frère par rapport à l’autre. Répondre à cette triple invitation qui nous tourne vers Dieu, vers nous-même et vers les autres dans une attitude d’amour, permet de nous épanouir dès ici-bas et nous prépare à vivre la réalité du Royaume que le Seigneur nous donnera en plénitude lorsque ce sera le moment de quitter le monde pour notre véritable patrie. Nous aurons le cœur en paix car nous verrons enfin celui que nous avons cherché et qui nous a accompagné sur la route de notre vie terrestre. Cherchez d’abord le royaume de Dieu et le bonheur que tous nous désirons, sera déjà là aujourd’hui et nous n’aurons plus peur de la vie et de la mort car cette dernière deviendra la porte vers la vie qui ne finira jamais. Écoutons l’Ange dire aux femmes venues au tombeau (vide du corps de Jésus) « n’ayez pas peur vous cherchez Jésus de Nazareth le crucifié il est ressuscité il n’est pas ici » (Mc 16/6) ; Notre dernière demeure n’est pas la tombe mais bien le sein du Père où Jésus nous a précédé le jour de sa résurrection. N’ayons pas peur de la vie, de la mort, de Dieu qui comme un père veut le meilleur pour son enfant et qui le lui donne, a nous de le recevoir et l’accepter.