Edito

Le corps du Christ

« Vous êtes le Corps du Christ ». Cette parole de Paul aux Corinthiens (I Cor.12/27) combien est-elle pertinente aujourd’hui ! Dans un monde païen aux religions, sectes et croyances multiples et face à l’incroyance nous sommes bien le Corps du Christ pour le monde. Si Jésus est la tête de ce Corps (Eph. 5/23, Col. 1/18) l’amour en est le sang qui va permettre aux différents membres de vivre. Si le cœur s’arrête, le sang ne circule plus et relativement rapidement les organes meurent et la mort du corps est là. Il en est de même pour le corps que nous formons. Ste Thérèse de l’Enfant Jésus écrit : « je compris que l’Église avait un Cœur, et que ce Cœur était brûlant d’amour. Je compris que l’Amour seul faisait agir les membres de l’Église, que si l’Amour venait à s’éteindre, les Apôtres n’annonceraient plus l’Évangile, les Martyrs refuseraient de verser leur sang… Je compris que l’amour renfermait toutes les vocations, que l’amour était tout, qu’il embrassait tous les temps et tous les lieux … en un mot, qu’il est éternel ! » Comme le cœur est composé d’un ventricule et de deux oreillettes l’amour est manifesté dans le double commandement de Jésus « « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement.Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes.» » (Mt 22/37-40) C’est un double battement qui permet au sang d’irriguer tout le corps. Aimer Dieu est la source de l’amour du prochain qui est le gage et le test de l’amour de Dieu. Pas seulement le frère dans la foi mais tous les hommes sans aucune  exception. Ainsi nous serons la présence vivante de Jésus dans l’aujourd’hui de notre monde. Ainsi nous dirons en actes et en vérité que le Seigneur aime tous les hommes et que Jésus est venu non pour juger et condamner le monde mais pour que le monde soit sauvé (Cf. Jn3/17). Cet amour universel n’est possible que si nous nous abreuvons à la source de l’amour. C’est à dire Jésus lui-même qui nous aime et nous sauve. Cela se réalise par la pratique des sacrements, la prière et particulièrement l’adoration où il est bien là présent et où nous sommes là non seulement pour nous même mais aussi pour porter le monde dans notre prière (Cf. Paul à Timothée I Tim 2/1-5). Nous même nous nous laissons regarder d’un regard aimant de Jésus et progressivement nous grandissons dans le véritable amour pour soi, comme Jésus nous aime, pour le monde en le portant dans    notre prière et ainsi nous pourrons poser des actes justes et vrais et  réaliserons ce que Dieu nous demande (St Augustin écrit : « Aime et fais ce que tu veux ! » [dilige et quod vis fac !] Si tu te tais, tu te tais par amour ; si tu cries, tu cries par amour ; si tu corriges, tu corriges par amour ; si tu épargnes, tu épargnes par amour. Qu’au dedans se trouve la racine de la charité. De cette racine rien ne peut sortir que de bon ». Homélies sur la première épître de saint Jean VII, 7-8) Concrètement soyons une paroisse qui prie et une paroisse attentive aux besoins des personnes qui nous entourent. Ayons un cœur compatissant pour que le présence du Christ soit manifestée et non pas déformée dans le quotidien de notre vie.